Développement personnel

Se Remettre d’un Burn-out – 7 Conseils à Suivre

Seconde partie – des actions à mettre en place pour se remettre d’un épuisement

Vous en savez plus sur la prévention de l’épuisement et le surmenage, mais vous vous posez encore beaucoup de questions ? Abordons maintenant la suite du processus pour se remettre d’un burn-out : les conseils à suivre. Annie est mon invitée dans ce 35e épisode du podcast « Le bonheur me va si bien ». Elle a traversé cette pénible épreuve et a dû réapprendre à s’aimer, à se réaligner. Forte de cette expérience, elle est devenue facilitatrice de changement. Annie travaille sur la prévention du burn-out. Elle aide les femmes à se remettre au cœur de leurs priorités. Apprenez à vous écouter et observez attentivement les symptômes qui peuvent laisser penser que vous êtes épuisée. Après avoir découvert les manifestations d’un épuisement dans la première partie de cette discussion, vous savez maintenant que plus tôt vous prenez les signes au sérieux, plus rapide sera la guérison. Les conseils qui vont suivre sont là pour permettre de se remettre d’un burn-out, trouble qu’il est difficile de distinguer d’une dépression. Cette période de votre vie est loin d’être agréable. Vous devez vous réinventer au quotidien et modifier votre façon d’appréhender les événements. L’essentiel dépend de vous : passez à l’action et demandez de l’aide. Au risque de me répéter, n’attendez pas qu’il soit trop tard pour agir. Anticipez, c’est vraiment important.

Les signes d'un burn out

Accepter de demander de l’aide

Reconnaître le surmenage et accepter de l’aide peuvent être des moments difficiles à vivre pour certaines personnes. C’est pourtant le premier pas vers la reconstruction. Vous devez reconnaître que cela ne va pas. Cette prise de conscience est vraiment la base de tout. Mais apparaître sous un jour vulnérable, ne plus contrôler les choses, admettre que vous n’en pouvez plus et lâcher prise peut être douloureux à vivre. Comme le disait Annie (lien), au lieu de culpabiliser pour ce que vous faites vivre à vos proches, servez-vous d’eux pour vous motiver, et reprendre soin de votre santé. Mettre votre vie sur pause va vous permettre de prendre le temps de vous requestionner sur ce qui est essentiel pour vous.

Tenir compte de ses besoins vitaux

La pyramide de Maslow

La charge mentale pompe votre énergie. Vous devez vraiment revenir à la base grâce à la fameuse pyramide de Maslow. Elle est très importante dans le cheminement pour se remettre d’un burn-out. La base de la pyramide de Maslow regroupe les besoins essentiels à l’être humain. Ce sont : 

  • la respiration, 
  • le sommeil, 
  • la faim, 
  • la soif,
  • etc.

Vous devez redonner à votre corps ce dont il a besoin pour fonctionner. Vous reposez est votre priorité absolue. Effectivement, ce n’est pas toujours évident, car malgré la fatigue, les pensées se bousculent dans votre tête. Posez-vous donc la question : « Est-ce que cette action va vous permettre de vous recharger ou va-t-elle vous demander de l’énergie ? ». Vous devez préserver vos ressources personnelles au maximum.

Pyramide de Maslow

L’économie d’énergie

Observez également à quoi ressemble votre hygiène de vie, vos habitudes. L’activité physique par exemple demande des ressources, mais elle est nécessaire pour vous permettre de vous rétablir et vous motiver. Mais là encore, faîtes attention. Vous ne devez pas être dans une activité physique de performance. Vous devez simplement activer votre corps. Cela peut être marcher, nager, etc. Mais pas de pression, ne vous fixez pas d’objectifs ou de performance à atteindre.

Ne cherchez surtout pas à performer votre guérison. Ce comportement est à fuir à tout prix pour se remettre d’un burn-out. Dans ces cas-là, vous n’avez rien compris. De plus, vous courrez à votre perte. Car c’est souvent cette attitude hyper performante et perfectionniste qui mène à l’épuisement et à la rechute.

Admettre la nécessité d’un soutien professionnel

Se remettre d’un burn-out demande un soutien professionnel à différents niveaux. Le soutien médical est tellement important. Se relever d’un épuisement n’est pas quelque chose qui se fait rapidement, comme Annie l’a déjà expliqué. Une semaine au soleil ne vous suffira pas pour vous sentir mieux. Votre rétablissement va également dépendre du moment où vous aurez dit stop.

Votre système de croyances, vos habitudes de vie peuvent vous mener jusqu’à l’épuisement. Selon l’extrême où vous êtes descendue, plusieurs années peuvent être nécessaires pour vous relever vraiment de l’épuisement, aussi bien physiquement qu’émotionnellement. Comme pour un AVC, si vous mettez trop longtemps à réagir, vous pouvez garder de profondes séquelles d’un burn-out à travers des symptômes comme un état de fatigabilité élevé, des troubles cognitifs (problèmes de mémoire, de concentration…), etc.

Lorsque vous êtes en période de reconstruction, vous devez définir de nouvelles balises pour vous préserver. C’est une étape compliquée, parce que vous voudriez fonctionner comme avant. Dès que vous aurez un petit peu d’énergie, vous avez tendance à vous mettre en action. Pourtant, vous vous rendrez compte très vite que vous êtes épuisée. Et à chaque fois, ce sera plus long de revenir à un niveau convenable d’énergie. Vous pouvez comparer l’épuisement à une batterie de voiture. Une fois que la batterie est vide, cela prendra toujours un peu plus de temps pour la recharger. Et le défi est là. Vous devez y prêter beaucoup d’attention et accepter que votre corps fonctionne différemment.

Prendre soin de ses émotions

La gestion du stress

Le soutien émotionnel n’est pas à négliger. C’est souvent à ce niveau que les personnes vont rechuter. Il est tout à fait possible de commencer à se remettre d’un burn-out et de retomber dans le même cercle vicieux d’épuisement. La gestion des émotions est capitale pour réussir à surmonter votre mal-être. Vous n’avez pas à avoir honte.

La rééducation se fait au niveau de la gestion du stress et de l’accueil des émotions. Vous avez accumulé une quantité d’émotions négatives jusqu’à atteindre l’épuisement : stress, colère, frustration, honte, anxiété, culpabilité, etc. Sans y paraître tout ceci puise dans vos ressources et vous affaiblit.

Ce travail sur vous-même va également vous apprendre à vous foutre la paix. Vous allez comprendre que vous avez le droit d’avoir des émotions plus sombres, sans pour autant que cela vous ronge de l’intérieur. Vous avez le droit d’être en colère. Le problème, ce n’est pas la colère, mais la façon dont vous l’exprimer. Vous allez découvrir comment laisser place à cette émotion et ensuite, l’adresser de façon saine.

« Donnez le droit à vos pensées négatives d’exister. »

Burn out : comment s'en sortir ?

La positivité toxique

Les réseaux sociaux développent un discours très nocif. La fameuse positivité toxique colporte une fausse croyance : « C’est mal de ne pas être optimiste. ». Alors que par nature, le cerveau humain a des pensées négatives. Vos pensées ne vous définissent pas. Vous devez juste accepter qu’elles existent. Et surtout, que c’est sain de les éprouver. 

Souvenez-vous que certaines de ces pensées peuvent vous sauver la vie. Le stress, jusqu’à un certain niveau, vous permet d’être vigilante. Alors, au lieu d’étiqueter vos pensées positives ou négatives, voyez-les plutôt comme des pensées utiles ou inutiles :

  • « Est-ce que cette pensée vous permet d’avancer ?» ; 
  • « Est-ce qu’elle vous rend service ?

« Parfois, une pensée peut être négative dans la forme, mais utile dans votre vie. »

Apprendre à dire non pour se remettre d’un burn-out

Pour se remettre d’un burn-out, il est conseillé de mettre en place des balises dans votre journée, par exemple à l’aide de routines. Ces nouvelles habitudes vont vous permettre de prendre conscience de vos comportements, consommateurs d’énergie :

  • vos décisions, 
  • votre façon de prioriser vos actions, 
  • vos relations ;
  • etc.

Fuyez les relations toxiques pour votre bien-être et entourez-vous de personnes positives. Vous devez : 

  • apprendre à dire non, 
  • mettre des limites, 
  • exprimer vos besoins, 
  • etc.

C’est à ce niveau-là que l’accompagnement est important. Cet apprentissage n’est pas inné si vous n’avez jamais appris à le faire. Ce n’est pas quelque chose qui s’acquiert du jour au lendemain. Il y a beaucoup de culpabilité associée au fait de refuser quelque chose. C’est un phénomène transgénérationnel de sacrifices, qui est bien ancré en vous. Ainsi, les injonctions – également appelées drivers – polluent votre vie à coups de « Fais plaisir ! Sois parfaite ! ».

Apprendre à se connaître

L’importance de se remettre en question

Il est nécessaire de requestionner sa vie pour se remettre d’un burn-out. Vous devez creuser en profondeur pour comprendre ce qui vous a amené jusque-là. Si vous ne passez pas par cette étape de questionnement, vous risquez de rapidement retomber dans vos travers. 

  • Qu’est-ce qui est important pour vous ?
  • Êtes-vous en alignement avec vos valeurs
  • Qu’est-ce qui amène cette frustration ? 
  • Qu’est-ce qui est toxique dans votre environnement ?
  • Quels sont les sentiments qui vous amènent à vous sentir si mal ? 
  • Est-ce que vous connaissez vos valeurs
  • Etc.

Comme dans un couple, vous devez apprendre à vous connaître continuellement, notamment en vous posant les bonnes questions. Interrogez-vous sur votre environnement : 

  • vos habitudes ;
  • votre façon de prendre des décisions ; 
  • votre rapport aux autres ;
  • etc.

« J’aime bien dire qu’il faut retomber en amour avec soi, se reconquérir, reconquérir son identité. » 

Les étapes pour se remettre d'un burnout

S’aimer soi-même

Autorisez-vous à être vous-même. Un épuisement cache de nombreuses couches, de nombreux masques qui ont été posés sur votre identité. Vous avez dissimulé beaucoup de choses concernant votre nature profonde. Vous vous êtes mise à jouer des rôles pour plaire ou pour réussir. Tous ces efforts accumulés pour vous adapter et paraître quelqu’un d’autre pompent votre énergie.

« Ne pas être soi-même est tellement exigeant, tellement épuisant. Faire semblant de bien aller aussi. »

Prendre du temps pour soi

Beaucoup de personnes performent leur rétablissement. Certaines se fixent même des objectifs. Or, vous devez comprendre que cela va être long, et que cette guérison ne sera pas juste physique. Prenez du temps pour vous.

Un pas après l’autre, c’est la clé du processus. Pour vous accompagner dans ce cheminement, voici une astuce. Choisissez un contenant (vase, bocal… ). Chaque fois que vous ferez un petit geste, une petite action qui vous fera du bien – et cela inclut même de prendre une douche, de manger une collation par exemple – vous déposerez dedans un petit objet. Cela peut être des billes, des sous, des cailloux, peu importe. Votre pot va se remplir graduellement. Il va représenter votre réserve d’énergie. Ainsi vous vous rendrez compte que chacun de ces petits gestes, aussi banals soient-ils, contribue à augmenter votre réserve d’énergie. Arrêtez de penser qu’il faut toujours faire de grandes choses pour vous en sortir.

« Le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire, c’est d’apprendre à vous foutre la paix. Retenez-le, c’est important. »

Pour résumer, voici les conseils d’Annie pour se remettre d’un burn-out :

  • concentrez-vous sur la base, c’est-à-dire vos besoins primaires (manger, boire, dormir, etc.) ;
  • mettez en place des routines cohérentes avec l’idée de prendre soin de vous ;
  • faites attention aux consommateurs d’énergie
  • faites du tri dans votre entourage ; 
  • accueillez vos émotions ; 
  • essayez de comprendre ce qui vous a mené à cette extrémité ; 
  • reconnectez-vous à vous-même.

Quel vaste sujet à traiter. On pourrait en parler pendant des heures, mais c’est déjà un bon début. Merci encore à Annie pour toutes ces pépites. Sur son site, vous pouvez retrouver sa boîte à outils « planification », offerte. Annie a créé un programme d’accompagnement en ligne « Ravive ton étincelle ».

Rappelez-vous surtout que la première étape est de reconnaître votre épuisement. Je veux juste finir cet épisode en vous rappelant que le syndrome du burn-out, ce n’est pas rien. Vous ne vous en relèverez pas en un claquement de doigts. Cela peut prendre des années. Si vous avez détecté des signaux, n’hésitez pas à demander de l’aide. Prenez un peu de recul. Dites un peu plus souvent non aux autres. Essayez de comprendre d’où viennent ces sources de stress. Prenez juste un peu de temps pour vous régulièrement, pour gagner en énergie et en sérénité, et ne pas aller jusqu’à l’épuisement.

Il est très difficile de se remettre d’un burn-out seule. Faites vous aider. Cela peut être en consultant un médecin spécialisé, en demandant du soutien à votre entourage. Exprimez vos besoins, vos envies. Recentrez-vous sur vous : qui vous êtes et ce que vous voulez. C’est vraiment primordial et indispensable pour éviter d’aller jusqu’à cette extrême limite qui fait que vous n’êtes même plus en état de vous occuper des autres, ni de vous-même. Si vous ne pensez pas à vous, pensez aux autres. J’espère que vous comprendrez l’urgence, pour certaines d’entre vous, de lever le pied.

Sachez que la force du groupe et sa bienveillance peuvent être salvatrices. Vous avez envie d’essayer, d’échanger, de partager dans le non-jugement avec d’autres femmes, pensez au cercle des pépites. Nous serons ravies de vous accueillir pour avancer ensemble vers la vie qui vous ressemble. N’hésitez pas lien et si vous avez des questions, vous savez où me trouver. Prenez soin de vous.

le cercle des pépites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *