Développement personnel

Les Blessures de l’ Âme | Rencontre avec Claire, Experte

Vous avez sûrement déjà entendu cette petite voix dans votre tête, souvent contrariée et contrariante, qui vous dit : « Attention, il ne faut pas ! » , « Oh, elle a fait ça ! » ou encore « Tu devrais plutôt faire comme ça. » . Elle vous empêche de vous épanouir, de vous affirmer, d’aller vers les autres. Cette petite voix, c’est votre ego. Votre véritable nature se cache derrière ce masque que vous portez au quotidien, pour vous protéger des autres, par peur de vous montrer telle que vous êtes, de décevoir, etc. Toutes ces peurs sont liées aux blessures de l’âme. Ces croyances limitantes vous sont dictées par votre ego. Ce dernier n’est pas là pour faire joli, il est une réaction à quelque chose.

Dans ce nouvel épisode du podcast « Le bonheur me va si bien », j’ai une nouvelle fois la chance d’accueillir une belle invitée. Claire est naturopathe et coach relationnel. Elle s’est spécialisée dans le traitement des blessures de l’âme. Au fil de la discussion, Claire explique ce que sont ces blessures de l’âme, qui sont au nombre de cinq. Vous allez également découvrir comment les identifier, ainsi que des conseils pour travailler dessus. Observer vos propres blessures va vous permettre de faire un pas en avant dans votre développement personnel. En espérant qu’au fil du temps, vous puissiez vous affirmer auprès de votre entourage, dans le respect de chacun. 

les 5 blessures de l'ame

Les cinq blessures de l’âme

Claire a découvert le concept des blessures de l’âme durant son adolescence. Sa mère lisait alors le livre de Lise Bourbeau : « Écoute ton corps » . Ce livre est une très bonne introduction au concept de l’ego, et à l’œuvre de l’autrice. Lise Bourbeau y aborde la notion de masque, qui est très visible dans chacune des blessures. C’est en quelque sorte le mode de défense que vous adoptez pour vous protéger. Ces cinq blessures de l’âme, Claire vous les présente succinctement dans l’ordre chronologique.

1. La blessure de rejet avec le masque du fuyant

Le rejet est la blessure de l’âme qui vient en premier dans la vie. Cette blessure est associée au masque du fuyant. Vous avez alors tendance à éviter certaines situations. Personne plutôt discrète, vous êtes encline à vous renfermer sur vous-même. Vous avez besoin de vous affirmer et de reprendre votre place dans la vie. Vous paniquez facilement. 

2. La blessure d’abandon avec le masque du dépendant

Ensuite, le masque du dépendant qui est associé à la blessure d’abandon. C’est une blessure relativement fréquente dans les couples. Cette blessure se caractérise par la dépendance à l’autre, que cela soit en amitié – vous allez envoyer plein de messages pour savoir si l’autre s’intéresse à vous – ou en amour – vous ne laissez pas partir l’autre. Vous recherchez l’attention de l’autre par peur de la solitude. 

3. La blessure d’humiliation avec le masque du masochisme

Puis, il y a la blessure d’humiliation. Celle-ci est essentielle à prendre en compte parce qu’elle regroupe les quatre autres blessures. Claire précise que si vous vous reconnaissez dans la blessure d’humiliation, vous devez probablement être en proie aux autres blessures de l’âme. Cela se passe généralement ainsi. La blessure d’humiliation renferme une grande colère, qui se dissimule sous le masque du masochiste. Vous tenez des propos violents contre vous-même, que vous n’oseriez jamais adresser à quelqu’un d’autre. La présence de cette notion de masochisme peut entraîner des symptômes plus graves. Ainsi, une blessure d’humiliation peut provoquer des troubles sévères liés à la nourriture, l’alcool, les addictions en tous genres. Vous êtes une personne très tournée vers les autres, qui veut trop en prendre sur ses épaules. Vous avez peur d’être libre, donc vous vous occupez des autres. Cela vous permet de vous rendre indispensable. 

4. La blessure de trahison avec le masque du contrôlant

La blessure de trahison se combine avec le masque du contrôlant. Vous êtes une maniaque – ou presque – du contrôle, aussi bien concernant les autres que vous-même. Souvent intolérante, vous aimez renvoyer l’image d’une personne forte, avec de la personnalité. Mais être forte n’a rien à voir avec la puissance. Cela cache un grand manque de confiance en soi. C’est la peur que les autres se séparent de vous. Vous avez donc besoin de montrer aux autres que vous êtes puissante. Du coup, comment quelqu’un aurait-il envie de se séparer de vous ? 

5. La blessure d’injustice avec le masque du rigide

Enfin, la blessure d’injustice s’accompagne d’un grand besoin de perfection. Lui est associé, le masque du rigide. Cette blessure d’injustice est parfois un peu plus difficile à cerner. Vous êtes une personne très rigide et perfectionniste. Cela transparaît même physiquement dans votre posture, très droite. Claire explique d’ailleurs que face à cette injustice, vous recherchez une justice. Ainsi, votre vie est guidée par la justesse et l’honnêteté. Vous êtes droite dans vos baskets en quelque sorte, mais vous avez souvent peur de paraître froide. L’effet qui en découle est que vous êtes en lutte permanente contre tout fléchissement de votre part. Vous ne devez pas montrer vos faiblesses.

guérir des blessures de l'ame

Sur le chemin de la guérison

Voilà une présentation des cinq blessures de l’âme. Mais quelle est l’origine de ces blessures ? Claire explique qu’elles peuvent venir de l’enfance, de l’adolescence ou de bien plus loin, comme d’une vie antérieure. L’âme choisit alors sur quelle blessure elle va travailler dans cette vie-là. C’est ce qui se produit avant votre naissance. Par contre, si vous êtes un peu plus cartésienne, les blessures de l’âme viennent de l’enfance. De ce fait, ce sont vos parents qui vous les ont transmises. Plus exactement, vous vous êtes approprié leurs blessures par mimétisme. Au cours de votre vie, vous allez rencontrer également des personnes qui vous feront travailler sur vos blessures. Mais comment procéder ? Par quel bout commencer ? Voici un aperçu du chemin à parcourir.

Identifier et reconnaître la blessure de l’âme

Relisez tranquillement le détail de chacune des blessures, avec le masque correspondant. Des comportements y sont associés que Claire a décrit précédemment. La première chose que vous devez faire, c’est identifier celui ou ceux qui vous correspondent. Vous devez reconnaître vos réactions lorsque par exemple :

  • vous êtes blessée, 
  • vous avez peur, 
  • l’autre vous touche,
  • etc. 

Vous pouvez identifier une blessure de l’âme qui s’active pour vous seule. Par exemple, si vous ne vous habillez qu’en noir, cela peut être un problème d’affirmation de soi. Si vous critiquez votre corps, il peut y avoir une blessure derrière cette attitude. Observez également vos réactions lors de vos interactions avec les autres. Si vous êtes sans arrêt dans la fuite d’une situation, vous devinez que vous êtes dans une blessure de rejet. Si vous voulez tout le temps avoir raison, vous pouvez être dans une blessure de trahison. D’une certaine façon, l’ego se protège pour ne pas subir une nouvelle fois cette blessure. Analysez tous ces gestes réflexes, toutes ces pensées. Écoutez cette petite voix qui vous dit : « Ah non, il ne faut pas faire ça ! » . 

Le modèle de Brooke Castillo est un outil qui peut vous aider à identifier votre blessure. Vous allez ainsi remonter votre réaction dans l’ordre chronologique de votre comportement jusqu’à sa source. Un événement se produit, il est neutre. Vous avez une pensée, puis une émotion. Et c’est cette pensée-là, cette première pensée sur laquelle vous devez vous arrêter. Cela va vous permettre d’identifier quelle est la blessure concernée par cette réaction. Il est possible d’avoir plusieurs blessures de l’âme, et même toutes. Cependant, l’une d’elles sera prédominante. En prendre conscience est déjà un premier pas sur le chemin du mieux-être. Identifier vos valeurs peut également vous permettre d’identifier votre blessure. Vous saurez ce qui vous tient réellement à cœur, ce qui vous blesse, ce qui vous met en colère, quelles sont vos croyances limitantes, etc. 

les blessures de l'ame

Accepter sa blessure

La seconde étape est probablement la plus dure : assumer votre ou vos blessures. Mais il y a beaucoup de personnes qui s’arrêtent à cette étape-là. Elles essayent ensuite tant bien que mal de guérir cette blessure sans pour autant prendre en considération l’étape suivante qui est de reconnaître sa responsabilité. C’est quand même dur et surtout contradictoire de se dire que cette souffrance vient de l’enfance et en même temps d’en être responsable. Tout simplement parce que vous avez toujours eu le choix de votre réaction face à un événement qui par principe est neutre. En utilisant le modèle de Brooke, vous comprenez qu’à un moment donné vos pensées créent vos réalités, etc. C’est souvent là où vous vous enfoncez dans le déni : « Ce n’est pas possible, lorsque j’étais enfant, je n’avais pas le choix. » . Vous ne le saviez pas forcément, mais en fait si, vous aviez la possibilité de faire autrement, de réagir d’une manière différente. 

Vous n’avez pas fait ce choix. Pourquoi ? Parce que vous étiez blessée. N’oubliez pas que choisir, ce n’est pas renoncer. Cette acceptation de votre part de responsabilité dans votre blessure personnelle recoupe l’idée de résilience développée avec Amandine : « Faire de ses expériences de vie une force » . C’est le même parcours : identifier, reconnaître, accueillir et accepter que ce ne soit pas uniquement la faute de vos parents. 

Se pardonner à soi, mais aussi pardonner aux autres

Vous êtes sur terre pour vivre des choses. Et l’ego n’est pas là pour rien, ni vos blessures d’ailleurs. Elles vous permettent de vous améliorer. C’est une façon de vous montrer comment évoluer dans la vie. Si vous avez vécu ces événements étant petite, ce n’est pas anodin. C’est pour en tirer une leçon. La plupart du temps, les personnes ne dépassent pas la seconde étape parce qu’elles restent sur une leçon non acquise, notamment en rejetant la faute sur leurs parents. Vous êtes convaincue que c’est de leur faute si vous êtes comme ça aujourd’hui. Vous êtes adulte et vous le pensez fermement. Mais vous avez le choix de vos pensées. Vous pouvez changer ça. Cela peut être un traumatisme, cela peut être très douloureux, il ne faut pas le nier. Si c’était facile, cela ne s’appellerait pas les blessures de l’âme. Alors :  

  • exprimez ce que vous avez vécu ; 
  • dites vous que vous auriez pu réagir d’une manière différente ; 
  • admettez que vous ne l’avez pas fait car vous étiez blessée ;
  • pardonnez-vous de ne pas l’avoir fait. 

Souvent le cerveau ainsi que l’ego restent bloqués sur une réaction en chaîne d’événements négatifs. Alors que vous devez plutôt vous demander ce que vous avez appris de positif de ces expériences, ce qu’il en est ressorti de bénéfique. Ensuite, pardonnez-vous, mais pardonnez aussi à vos parents qui ont fait comme ils pouvaient. En devenant vous-même parent, votre vision des choses change. Vous prenez du recul et vous comprenez que vous faites vos choix aussi bien que vous pouvez, au mieux de l’intérêt de votre famille. Malheureusement, beaucoup de personnes ont encore une relation conflictuelle avec leurs parents. Ils restent bloqués dans leur enfance, leur reprochant des choses et ne voulant pas pardonner. Ils se disent : « Je ferai mieux. » (blessure de trahison). Pardonner, c’est faire le deuil de vos manques. Pourtant, pardonner à l’autre, c’est se pardonner également. Le pardon est une clé pour avancer sur le chemin de la guérison. 

les clefs pour comprendre les blessures de l'âme

Il est possible de parler des blessures de l’âme pendant des heures. J’aurais même pu consacrer un épisode de podcast à chacune d’entre elles tellement, il y a à dire. Cet épisode court présente de manière efficace cette notion. Claire vient de vous donner les clés pour comprendre ce que sont ces blessures de l’âme. Il y a :

  • la blessure du rejet, avec le masque du fuyant, 
  • la blessure d’abandon avec le masque du dépendant, 
  • la blessure de l’humiliation avec le masque du masochiste, 
  • la blessure de trahison avec le masque du contrôlant, 
  • la blessure d’injustice avec le masque du rigide.

Les blessures de l’âme sont une notion très puissante. Elles sont liées à votre ego, c’est-à-dire le masque que vous utilisez pour cacher vos blessures. Si vous voulez travailler sur vous, il est vraiment essentiel d’essayer :  

  • d’identifier vos blessures, mais ne soyez pas trop dure avec vous-même, ni trop dans le jugement (blessure d’injustice) ;
  • de prendre conscience de cette blessure et de l’accepter ; 
  • d’arrêter de fuir vos peurs en les affrontant ;  
  • de pardonner aux autres, mais également à vous ;
  • d’oser prendre votre place et de vous affirmer.

Expérimentez avec bienveillance et patience. Si ce n’est pas cet outil qui vous aide, ce sera un autre. Vous êtes le moteur de votre propre vie. Il faut apprendre à prendre du temps pour vous, à mieux vous connaître, à identifier vos peurs, vos blocages, vos doutes pour mieux-vivre, tout simplement.  

Pour en savoir plus sur les blessures de l’âme, je vous invite à retrouver Claire sur son compte Instagram @blessuresdelame – elle s’intéresse également au Human Design – ou à nous retrouver au mois d’octobre, le 5 à 12h15 sur ma chaîne Youtube ou en cliquant sur le visuel ci-dessous. On se donne rendez-vous pour un live de questions/réponses. Vous pourrez poser vos questions à Claire, en direct, et elle donnera sans aucun doute encore beaucoup de conseils sur les blessures de l’âme.

Pour celles qui liraient cet article après le mois d’octobre, bien évidemment, le live sera en replay sur ma chaîne Youtube.   

Live les blessures de l'âme

Et pour mes jolies pépites – abonnées à l’espace membres – nous ferons un atelier dédié aux blessures de l’âme axé sur la communication : « Comment communiquer avec vos proches en fonction de leurs propres blessures et faire passer votre message sans conflit ? » . Il est essentiel de comprendre vos propres blessures pour mieux comprendre celles de votre entourage. Une fois que vous avez identifié la blessure de votre mari, de votre femme, de votre patron, vous aurez, lors de cet atelier, les clés pour mieux communiquer avec eux, et du coup leur faire passer vos idées, afin d’améliorer votre relation au quotidien. Cet atelier des pépites est prévu pour le jeudi 21 octobre à 12h15.

J’espère sincèrement que cette discussion vous a plu. J’avoue que je n’ai pas trop de doutes à ce sujet. Je pense que le thème des blessures de l’âme a parlé à plus d’unes. N’hésitez pas à me dire en commentaire quelle est votre blessure principale. Avez-vous réussi à identifier celle qui vous impacte le plus au quotidien ? Prenez vraiment le temps d’analyser, d’étudier vos réactions, vos comportements et vous verrez très vite quel masque vous portez. Si l’envie vous en dit, vous pouvez relire l’article sur l’écriture introspective, qui pourra vous guider dans votre démarche. Quant à moi, je vous dis à la semaine prochaine pour un nouvel épisode, qui je le sais, va vous plaire. Le titre est « Comment apprendre à s’aimer ? » . En attendant, belle expérimentation à vous.      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *